Les dernières émissions

10-06-11 A l’ENS de Lyon
Philosophies anarchistes ?


13-05-11 Stéphane Lavignotte, Jérôme Vidal, et Charlotte Nordmann
L’écologie politique au temps de Fukushima


15-04-11 Les évadés du bocal / Prolude
La folie dans la ville 3


01-04-11 Les évadés du bocal / Interlude
La folie dans la ville 2


18-03-11 Les évadés du bocal / Prélude
La folie dans la ville 1


04-01-11 Marcello Vitali Rosati
Invitation à une navigation dans le virtuel.


21-01-11 Toni Negri
De l’anomalie sauvage à l’invention du commun.


10-12-10 Hacène Belmessous
Ordre ou espace public ?


26-11-10 Pierre Dardot et Christian Laval
De la subjectivation néolibérale à des subjectivations en commun.


Saison 2009-2010
Saison 2008-2009

Zones d’attraction

De la subjectivation néolibérale à des subjectivations en commun.

26-11-10 Pierre Dardot et Christian Laval

Ecouter l’émission

Suite

Cela fait maintenant plusieurs décennies que l’étiquette « antilibérale » colle aux mouvements sociaux.

Cette vulgate s’est particulièrement développée en France, et elle s’emploie à dénoncer dans le stade néolibéral du capitalisme un déchaînement du laisser-faire, du tout économique, un impérialisme des marchés submergeant des Etats impuissants. Sur la base d’une distinction binaire entre Etat et marché, elle prône ainsi naturellement le retour d’un Etat apte à réguler les appétits privés.

Pour Pierre Dardot et Christian Laval, une telle vulgate, en identifiant libéralisme et néolibéralisme, opère une confusion qui nous égare et nous fait perdre du temps.

Le paradigme néolibéral n’a en effet rien à voir avec le libéralisme classique du laisser-faire.

Il ne prescrit pas le retrait de l’Etat, mais au contraire son redéploiement comme contrôle social généralisé, mode de gouvernement et surtout d’autogouvernement des hommes, pédagogie qui veut faire de chacun de nous une sorte de micro-entreprise dont il faut maximiser la performance.

Les deux auteurs s’emploient ainsi à expliciter la généalogie de cette rationalité et de son hégémonie, ainsi que ses effets sur la subjectivité présente. Leur livre a le mérite d’introduire en France une perspective qui s’est déjà développée outre-Atlantique, notamment dans les écrits de Wendy Brown, et sur laquelle la France a encore bien du retard.

Il nous invite à d’autres rationalités, d’autres constellations subjectives, à une réappropriation des récits qui nous traversent.

C’est donc en pleine cohérence avec l’intérêt et la solidarité que nous portons à ceux qui aujourd’hui s’aventurent sur les chemins des contre-conduites, de la désobéissance, d’un autrement possible, que nous les recevons aujourd’hui.

Bibliographie :

- Pierre Dardot et Christian Laval, La nouvelle raison du monde, Essai sur la société néolibérale, collection La Découverte poche, La Découverte, 2010.

- Pierre Dardot, Chrisitian Laval et El Mouhoub Mouhoud, Sauver Marx ? Empire, multitude, travail immatériel, La Découverte, 2007.

- Michel Foucault, Naissance de la biopolitique, Cours au Collège de France, 1978-1979, Seuil, 2004.

- Charlotte Hess et Luca Paltrieneri, "Orbis Tertius, De la critique à la désobéissance. Invitation à la performance", Chimères n°70, été 2009.

- Wendy Brown, Les Habits neufs de la politique mondiale, Néoconservatisme et néolibéralisme, collection Penser/Croiser, Les Prairies ordinaires, 2007.

Rendez-vous :

Séminaire "Du public au commun" à la Maison des Sciences économiques à Paris (avec les interventions en ligne de Pierre Dardot, Antonio Negri ...)