Les dernières émissions

30-11-12 Genevière Bédènes, Véronique Rivière, Arnaud Dubois, Anne-Laure Fourmont
Quoi de neuf à l’école ?


06-07-12 Nadia Akdoumi
Des paroles de "vingt-févriétistes"


8-06-12 Nadia Akdoumi
MOUÂD LHAKED ou le rap au pays du Makhzen


10-05-12 Radio Citron
L’assassin habite au 21


13-04-12 La vie manifeste
Feu sur le capitalisme thérapeutique !


30-03-12 La patat’ose
De la radio comme club thérapeutique


15-03-12 Julie Tessuto, Vincent Farnéa
Héritages du RATP : autour des mutuelles de sans-tickets


02-03-12 N. Akdoumi-Falah, H. Kodmani, S Habo Hamed, M. Ali al-Atassi
Regards sur la révolution syrienne


3-02-2012 Knowledge Liberation Front (KLF)
Transgresser les frontières par le commun du savoir


Saison 2009-2010
Saison 2008-2009

Zones d’attraction

La psychiatrie face à l’état de police.

Le 15-10-10 "On vous fait peur ou quoi ?"

Ecouter l’émission

Suite

Les parlementaires vont débattre, courant novembre, d’un « Projet de loi relatif aux droits et à la protection des personnes faisant l’objet de soins psychiatriques et à leurs modalités de prise en charge ».

Concrètement, qu’est ce que cela signifie ?

Durcissement des mesures sécuritaires dans le champ de la psychiatrie. La prétendue dangerosité de la folie permet d’invoquer et d’imposer désormais soins ambulatoires et hospitalisation, sous contrainte. Une garde-à-vue psychiatrique de 72 heures devient obligatoire pour les (HO), c’est-à-dire les placements d’office.

Pour la sortie des patients placés en hospitalisation d’office, un collège de soignants (à savoir deux psychiatres et un cadre infirmier) doit adresser un avis écrit aux préfets.

Ce sont donc dorénavant les préfets, qui peuvent refuser la sortie d’essai d’un patient contre l’avis des médecins. En conséquence, les sorties d’essai se voient de plus en plus refusées au nom du fameux maintien de l’ordre public.

Comme l’a dit clairement la minsitre Roseline Bachelot, “le directeur de l’hôpital pourra faire appel aux forces de police". Seul recours pour les patients : faire appel au juge des libertés et des détentions pour une éventuelle levée du placement d’office.

La confusion s’installe entre soin et contrainte, entre psychiatrie et police sur fond de bureaucratisation des procédures et de judiciarisation des rapports sociaux au sein de l’institution.

L’“Appel des 39 contre la nuit sécuritaire” est un mouvement de praticiens de la psychiatrie né à la suite du discours de Sarkozy prononcé le 2 décembre 2008 à Antony sur la nécessité pour la société de se protéger de ces ” shizophrènes dangereux”. Nous les avions reçus le 20 mars 2009 sur Radio libertaire suite à la grande journée qu’ils avaient organisé à La parole Errante à Montreuil. Des membres du collectif de Zones d’attraction avaient aussi relever leur action exemplaire dans un article publié dans la revue Chimères.

Ensemble nous allons aujourd’hui continuer de cheminer avec eux…

Avec des interventions de : Hervé Bokobza, Michel Hessel, Leslie Kaplan, Roger Ferreri, Patrick Chemla, Franck Chaumont, Mathieu Belhassen, Fred, Mathieu, Kardech et Zineb du Centre Artaud, des patients et d’autres intervenants intempestifs.

Appel des 39 contre la nuit sécuritaire