Les dernières émissions

30-11-12 Genevière Bédènes, Véronique Rivière, Arnaud Dubois, Anne-Laure Fourmont
Quoi de neuf à l’école ?


06-07-12 Nadia Akdoumi
Des paroles de "vingt-févriétistes"


8-06-12 Nadia Akdoumi
MOUÂD LHAKED ou le rap au pays du Makhzen


10-05-12 Radio Citron
L’assassin habite au 21


13-04-12 La vie manifeste
Feu sur le capitalisme thérapeutique !


30-03-12 La patat’ose
De la radio comme club thérapeutique


15-03-12 Julie Tessuto, Vincent Farnéa
Héritages du RATP : autour des mutuelles de sans-tickets


02-03-12 N. Akdoumi-Falah, H. Kodmani, S Habo Hamed, M. Ali al-Atassi
Regards sur la révolution syrienne


3-02-2012 Knowledge Liberation Front (KLF)
Transgresser les frontières par le commun du savoir


Saison 2009-2010
Saison 2008-2009

Zones d’attraction

La souffrance des opprimés

22-01-10 Patrick Coupechoux

Ecoutez l’émission

2ème partie

La souffrance au travail, le « harcèlement moral » sont devenus des thèmes de société, que les tenants de la politique instituée évoquent régulièrement sur les plateaux de télévision, l’air au mieux impuissants et gênés. Suicides, pathologies physiques ou psychiques forment le trophée de la domination néo-libérale et de son totalitarisme. Et c’est donc tout naturellement que cette dévastation de nos vies trouve dans les médias officiels le petit refrain du genre « on est allés trop loin », et autres chansonnettes du capitalisme à visage humain. Quand le jeu s’emballe, le système affecte de crier pouce. Et pour empêcher le grondement de nouvelles solidarités, le débat de société arrive ensuite à la bonne heure pour tout plier.

Le livre de notre invité, Patrick Coupechoux, propose le résultat d’une enquête sur cette « souffrance des opprimés », portant aussi bien sur le terrain de l’entreprise que sur celui des services sociaux ou de la psychiatrie. A travers ce trajet empirique, c’est la possibilité d’une clinique de la domination que le livre invite à penser, à travers le rythme que les nouvelles organisations du travail et du non-travail impriment à nos corps et à nos psychés, ainsi que la nécessité de défendre, face à cette mise au pas, notre droit à la folie. C’est donc délibérément de clinique et de politique qu’il sera question aujourd’hui.