Les dernières émissions

30-11-12 Genevière Bédènes, Véronique Rivière, Arnaud Dubois, Anne-Laure Fourmont
Quoi de neuf à l’école ?


06-07-12 Nadia Akdoumi
Des paroles de "vingt-févriétistes"


8-06-12 Nadia Akdoumi
MOUÂD LHAKED ou le rap au pays du Makhzen


10-05-12 Radio Citron
L’assassin habite au 21


13-04-12 La vie manifeste
Feu sur le capitalisme thérapeutique !


30-03-12 La patat’ose
De la radio comme club thérapeutique


15-03-12 Julie Tessuto, Vincent Farnéa
Héritages du RATP : autour des mutuelles de sans-tickets


02-03-12 N. Akdoumi-Falah, H. Kodmani, S Habo Hamed, M. Ali al-Atassi
Regards sur la révolution syrienne


3-02-2012 Knowledge Liberation Front (KLF)
Transgresser les frontières par le commun du savoir


Saison 2009-2010
Saison 2008-2009

Zones d’attraction

Le cinéma pornographique

16-10-09 Julien Servois

Ecoutez l’émission

2ème partie

Affublé comme son nom l’indique d’une étiquette infamante, le cinéma pornographique est depuis ses débuts, c’est-à-dire depuis les débuts du cinéma lui-même, au centre de bien des controverses éthiques et politiques. On sait que l’Etat légifère sur les images sexuellement explicites, surveille leur circulation et les classe depuis plusieurs décennies déjà sous la lettre X pour les séparer des autres produits de l’industrie cinématographique. Aujourd’hui, l’internet et la diffusion croissante d’un porno amateur semblent avoir toutefois laissé bien loin derrière eux l’époque où quelques salles se spécialisaient dans le X.

Sa consommation ayant pour but la production d’une excitation sexuelle, il est dès lors tentant de réduire le porno à une finalité purement masturbatoire, s’inscrivant dans une économie des pratiques sexuelles.

Notre invité Julien Servois défend au contraire l’idée que ces productions racontent bien quelque chose, au-delà de la simple accumulation de scènes de cul. Son livre retrace l’histoire d’un genre, depuis son âge d’or jusqu’au post-porn et aux luttes internes au féminisme. Car c’est bien de genre, de sexualité, de normes et de la possibilité de contre-normes que ces images nous parlent. Si un certain féminisme a pu voir dans le porno la mise en scène des canevas les plus odieux de la domination masculine, d’autres y ont vu au contraire un terrain de lutte, soit pour la revendication d’un imaginaire spécifiquement féminin, soit pour une subversion de la police hétérocentrée des genres et des sexualités. Le cinéma porno est donc, dans ce qu’il racontre, politique, et de cela que nous discuterons aujourd’hui.